#TECH216: BITCOIN, COMPATIBLE avec la FINANCE ISLAMIQUE?? ¼

1ERE PARTIE (1/4)

Chaque saut technologique,  doit à un moment où un autre passer sous le microscope des penseurs, philosophes, la presse, les religieux, etc… BREF, de ceux qui pensent la société comme on la connaît.

Dans cet effort, #ADMP offre à ses lecteurs un éclairage sur la compatibilité du #BitcoiN et la finance islamique, en quatre parties. Il nous fallait traiter le sujet en profondeur.   

 

CODE SOURCE DU BITCOIN?

Les bitcoins sont créés conformément au code source du logiciel, en rétribution du traitement des transactions. Certains utilisateurs mettent à contribution leur puissance de calcul informatique afin de vérifier, d’enregistrer et de sécuriser les transactions dans la chaîne de blocs. Cette activité, appelée minage, permet aux participants d’être rémunérés, pour chaque nouveau bloc validé, par des bitcoins nouvellement créés et par les frais des transactions traitées. Les bitcoins peuvent ensuite être échangés contre d’autres monnaies, biens ou services. Le prix de la crypto-monnaie, est fixé principalement sur des places de marché spécialisées et fluctue selon la loi de l’offre et de la demande.

 

 

En tant que moyen de paiement, Bitcoin est accepté par un nombre croissant de commerçants, incités par des frais de transaction généralement inférieurs aux 2 à 3 % pratiqués par les organismes de cartes de crédit et oscillant, pour le système Bitcoin, entre 0 et 2 % du montant de la transaction.

Contrairement aux cartes de crédit, les frais éventuels sont à la charge de l’acheteur (et non du vendeur), qui choisit d’en payer volontairement. Une transaction bitcoin est irrévocable et ne peut être annulée.

Article de Nassim #Belouar en collaboration avec Mme Asma Karaoui, chercheuse en finance islamique à l’Université Ezzitouna (Institut de théologie de Tunis).

 

 

Malgré une croissance de 500 % du nombre de marchands acceptant le bitcoin en 2014, la crypto-monnaie n’est pas encore très implantée dans le commerce de détail mais continue de s’implanter dans les échanges commerciaux.

 

#BITCOIN: WTF?!?
Comme je l’ai décrit précédemment dans mon article sur le Bitcoin, c’est une monnaie cryptographique et un système de paiement pair-à-pair inventé par Satoshi Nakamoto, qui annonce l’invention en 2008 et publie le logiciel open-source en 2009.

Son unité de compte est le bitcoin, limitée à 21 millions d’unités et divisible jusqu’à la huitième décimale. Toutes les transactions sont vérifiées par les nœuds du réseau et enregistrées dans un registre public réputé infalsifiable appelé « blockchain ». Le système fonctionne sans autorité centrale, ni administrateur unique, mais de manière décentralisée grâce au consensus de l’ensemble des nœuds du réseau. Bitcoin est la plus importante monnaie cryptographique décentralisée avec une capitalisation d’environ 56 milliards de dollars en août 2017

 

 

Premièrement, l’islam définit comme monnaie tout ce qui possède une valeur intrinsèque et dont les parties contractuelles sont satisfaites.

-> Valeur intrinsèque : qui possède une valeur propre, qui en soi a de la valeur. Par exemple : Aliments non-périssables comme du blé, de l’orge, des dattes, des métaux précieux, …

-> Dont les parties contractuelles sont satisfaites : Monnaie en laquelle les parties procédant à la transaction commerciale (achat/vente) reconnaissent comme ayant de la valeur et acceptent mutuellement comme moyen de conduire l’échange commercial. Et ceci selon le verset :

Ô les croyants! Que les uns d’entre vous ne mangent pas les biens des autres illégalement. Mais qu’il y ait du négoce (légal) entre vous, par consentement mutuel. Et ne vous tuez pas vous-mêmes. Allah, en vérité, est Miséricordieux envers vous.

– Sourate 4 verset 29.

 

SILK ROAD?

Depuis sa création en 2009 et jusqu’à la fermeture par les autorités américaines de Silk Road en 2013, Bitcoin a été associé dans l’imaginaire ‘Grand public’  comme moyen d’échange par des réseaux criminels pour des jeux d’argents, acheter des substances illicites et des bases de données piratées. La crypto-monnaie a attiré l’attention des régulateurs financiers, des organes législatifs de différents pays notamment américains et des médias.

Néanmoins, ces dernières années, la crypto-monnaie a mûri et un nombre croissant d’études concluent que ces activités illégales, bien qu’elles existent toujours comme dans tout système de paiement, ne représentent plus qu’une part minoritaire des échanges de la crypto-monnaie. Le sénat américain, et de nombreuses puissances émergentes, reconnaîssent par ailleurs, que le bitcoin permet de fournir des services financiers parfaitement légitimes.

Pour l’intégrer dans le régime de la finance islamique en tant que monnaie virtuelle utilisable et conforme avec les principes de la shariaa, il va falloir donner une petite résumé sur la monnaie en Islam. Ensuite, il faudra ré-expliquer le rôle crucial que joue la monnaie dans la finance en général, et la finance islamique, en particulier.

 

ISLAM ET MONNAIE?

La transaction commerciale en islam est donc un échange d’au moins deux choses/objets/entités, ayant aux yeux des concernés, valeure égale.

 

 

COMMERCE ELECTRONIQUE

La transaction commerciale en islam est donc un échange de (généralement) deux choses ayant valeur égale.

Petite histoire :

Cette compréhension n’est pas unique à l’islam. De par l’histoire, les peuples ont compris qu’afin de commercer, l’échange des deux parties se devait équitable. Personne ne souhaitant s’engager dans un échange où il aurait vendu sa marchandise ou un service en contrepartie de quelque chose de moindre valeur …

Ce fut donc la naissance du troc. Les contractants se mettaient d’accord sur des biens et services à échanger contre d’autres biens et services. Malgré le fait que les quantités peuvent être jugées de manière objective par la pesée et la mesure, le concept de qualité était quant à lui assez subjectif (l’acheteur la diminuant afin d’acheter plus et le vendeur l’augmentant afin de vendre moins de marchandise sur sa transaction tout en recevant de l’acheteur).

Après moultes querelles et palabres, les contractants se mirent d’accord sur le fait qu’utiliser des méteaux précieux (principalement or et argent) afin de conduire leurs échanges commerciaux, serait une bonne manière d’avoir un outil d’échange reconnu par tous.

La monnaie était née.

 

@admpawards

  • La suite de cet article dans 15 jours !! –

 

FOLLOW Us :

#ADMP on Twitter: #ADMP Awards

#ADMP on Facebook: #AFRIK+DIGITAL MARKETPLACE

#ADMP on Linkeldin : AWARDS ADMP

#ADMP on Medium: https://medium.com/@admpawards

#ADMP on Reddit : https://www.reddit.com/user/admpawards

#ADMP on GooGle+: Team ADMP

#ADMP on Whatsapp: #ADMP Projects

#ADMP on Linkeldin : AWARDS ADMP

#ADMP: www.admpawards.biz

1 Commentaire

  1. Great analyse from #NassimBelouar about Finance & Islam. #ADMP encouraged Muslims to boost their #Business!

Laisser un commentaire